Nature en ville : aménager aujourd’hui les communes de demain

Alors qu’en France plus de 80% de la population vit en ville, et que l’on assiste à une montée des préoccupations environnementales, nos concitoyens aspirent à une nouvelle forme de proximité avec la nature, besoin confirmé et renforcé par les confinements successifs durant la crise du Covid-19. On assiste ainsi à un verdissement des villes, qui se montrent de plus en plus respectueuses de l’environnement et de la biodiversité.

La biodiversité en ville : une nécessité pour une bonne qualité de vie

Il apparaît désormais évident que la qualité de vie des citadins, et même leur santé, est étroitement liée à la qualité de la biodiversité des quartiers dans lesquels ils vivent.

La nature en ville, c’est d’abord une meilleure qualité de l’air, de l’eau et du sol et un moyen efficace pour diminuer les risques lors de fortes canicules. La nature en ville, c’est aussi des bénéfices psychologiques et physiques pour les citadins lorsqu’ils vivent près d’espaces verts, de jardins, de parcs ou de squares, avec une réduction importante du stress, des risques de dépressions, des allergies, des troubles respiratoires et du sommeil, des maladies cardiovasculaires… La nature en ville, c’est enfin des vertus culturelles et pédagogiques. Elle fournit l’opportunité de sensibiliser un large public aux problématiques environnementales, à commencer par les enfants, qui peuvent être éloignés des espèces animales ou végétales en milieu naturel.

C’est indéniable, la biodiversité en ville est un atout au service de l’amélioration de la vie de tous ses habitants ; elle est une nécessité de santé publique et de bien-être collectif.

La biodiversité en ville : des actions concrètes par les collectivités territoriales et les citoyens

Que cela soit à l’échelle européenne, nationale, régionale ou locale, la préservation de la biodiversité en ville doit être une priorité. En effet, l’étalement urbain, qui provoque une destruction rapide et massive des ressources naturelles, oblige les collectivités territoriales, mais aussi la société civile, à trouver des moyens pour restaurer cette biodiversité. A l’échelle des villes et des intercommunalités, les plans locaux d’urbanisme peuvent être un bon levier pour agir sur la sauvegarde d’une biodiversité urbaine.

Dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, il est prévu de créer 100 fermes urbaines, placées au cœur des stratégies alimentaires locales et de la vie associative et culturelle. 27 premiers lauréats ont été sélectionnés en décembre 2020 : micro-fermes, maraîchage, épiceries solidaires, circuits-cours, champignonnières, ateliers sur l’alimentation, jardins partagés… Les premières cultures sont attendues pour ce printemps.

Au sein de l’Agence nationale de la cohésion des territoires, nous accompagnons les collectivités et les élus locaux dans leurs projets de territoire et nous portons un intérêt tout particulier à la transition écologique. L’un de notre programme phare, Petites Villes de Demain, propose notamment le financement de 1 000 îlots de fraîcheurs et d’espaces publics plus écologiques.

La présence de la nature au sein des villes apparaît donc comme une solution viable aux problématiques écologique et sociale de notre époque. En créant les conditions d’une ville plus soucieuse de l’environnement, nous pouvons réconcilier ville et nature, améliorer le bien-être des citadins, promouvoir et développer une biodiversité urbaine riche, tout en réduisant l’impact de nos villes sur le réchauffement climatique. Un projet ambitieux et passionnant !

Caroline CAYEUX, Présidente de l’ANCT et Maire de Beauvais

Sommaire

ÉDITO

1. Quelles évolutions pour la nature en ville ? 
1.1 D’une nature contrôlée à une nature réconciliée
1.2 Des politiques publiques qui favorisent de plus en plus la nature en ville
1.3 D’une vision en silo à une vision systémique de l’aménagement du territoire pour sa résilience écologique
1.4 Accompagner le changement de perception de la nature en ville

2. Initier un projet de nature en ville 
2.1 Justifier le développement de la nature en ville par les services écosystémiques et les impacts socioéconomiques
2.2 Co-construire une gouvernance avec les parties prenantes

3. Les outils de planification favorables au développement de la nature en ville 33
3.1 Les outils de planification à l’échelle régionale
3.2 Les documents d’urbanisme à l’échelle locale
3.3 Les autres outils à disposition
3.4 S’assurer de la cohérence de cette planification et de la prise en compte des connectivités écologiques

4. Le financement de projets de nature en ville
4.1 Par les acteurs publics
4.2 La participation des acteurs privés
4.3 Vers des financements innovants en faveur de la nature en ville

LinkedIn
LinkedIn
Share
YouTube