Mobilisation des ressources pour la biodiversité et contribution du secteur privé

BIODIV'2050 N°6

Numéro spécial : 12ème Sommet mondial sur la biodiversité

EDITO : La douzième Conférence mondiale des Nations Unies sur la biodiversité (COP12), qui s’est tenue en octobre 2014 à Pyeongchang en Corée du Sud, a témoigné d’une mobilisation mondiale, mais prenant des formes variées suivant la position de chaque pays vis-à-vis de la préservation de la biodiversité et le regard des différentes sociétés sur les relations homme/ nature. Cela nous confirme à nouveau que, la biodiversité étant par essence une notion territorialisée et socialisée, il est nécessaire pour sa préservation de tenir compte de la variété des contextes socioéconomiques et institutionnels.

Le cadre international actuel offre un dispositif robuste avec un potentiel prometteur et adapté à la diversité des approches. Cependant, en raison du manque d’investissement et de ressources financières notamment, il reste insuffisamment mis en œuvre et les Objectifs d’Aichi visant à mettre un terme à l’appauvrissement de la biodiversité d’ici à 2020 sont loin d’être atteints. La prise de conscience et l’intégration des enjeux de biodiversité à tous les niveaux sont donc nécessaires.

Dans ce contexte, les entreprises sont en première ligne. Elles disposent de réponses techniquement et financièrement viables pour contribuer à l’élan collectif en faveur de l’atteinte de ces objectifs. Ces réponses peuvent souvent être à la source de nombreuses opportunités. De plus, la demande sociale est forte et pousse les entreprises, sous réserve d’un cadre cohérent, à emprunter des itinéraires à biodiversité positive. Toutefois, si la définition et l’élaboration par les acteurs institutionnels du cadre dans lequel le secteur privé peut agir sont décisives, il est utile de rappeler que le marché a sa propre dynamique et ne pourra en aucun cas être envisagé comme un budget prévisible et affectable.

La Mission Economie de la Biodiversité du groupe Caisse des Dépôts a souhaité s’investir dans ces débats et travaux internationaux en participant à la COP12, notamment avec l’organisation d’un « événement parallèle » sur les cadres à mettre en œuvre autour de la compensation écologique(1) ainsi que plusieurs interventions sur la mobilisation des ressources et les mécanismes de financement innovants pour la préservation de la biodiversité lors du Business and Biodiversity Forum(2).

Ce numéro spécial de BIODIV’2050 sur la COP12 est l’occasion d’interroger la problématique de la contribution du secteur privé dans ce cadre international commun qu’est la Convention sur la Diversité Biologique (CDB). Il nous permet également de donner la parole à différents acteurs clés et de haut niveau sur ces questions, tels que le Dr. Naoko Ishii (PDG du Fonds pour l’environnement mondial), Pavan Sukhdev (Directeur d’études du TEEB) et Carlos Manuel Rodriguez (Président du Groupe de haut niveau de la CDB sur la mobilisation des ressources).

Enfin, à l’heure de la Conférence de Paris sur le Climat, rappelons que l’enjeu de la préservation de la biodiversité ne se confond pas avec l’enjeu climatique, car les causes de l’érosion de la biodiversité sont loin d’être seulement climatiques. Cependant, ils restent profondément liés, du fait à la fois des impacts du climat sur les écosystèmes et des réponses, en grande partie imprévisibles et liées à la spontanéité du vivant, que la biodiversité apportera au changement climatique.

(1) Intitulé : « Meeting Sustainable Development Objectives: the Strategic Significance of Safeguards to Biodiversity Offsets »
(2) Forum Entreprises et Biodiversité qui se tenait en parallèle des négociations
Sommaire

ENJEUX : La Convention sur la diversité biologique : enjeux et perspectives suite à la COP12

  • Prise en compte de la biodiversité par la communauté internationale : l’élaboration d’un mécanisme complexe, mais robuste.
  • Etat des lieux et mobilisation des ressources : enseignements tirés de la COP12.

TRIBUNES : La stratégie de mobilisation des ressources : quels enjeux et quelle contribution du secteur privé ?

  • Point de vue de Carlos Manuel Rodriguez, Président du Groupe de haut niveau sur l’évaluation mondiale des ressources de la CDB, et Naoko Ishii, Directrice générale et présidente du Fonds pour l’Environnement Mondial.

COMPRENDRE : Comment le secteur privé peut-il contribuer à la mobilisation des ressources pour l’atteinte des Objectifs d’Aichi ?

  • Mobiliser des ressources pour l’atteinte des Objectifs d’Aichi : quels enjeux ?
  • Quelle contribution du secteur privé pour la mobilisation des ressources ?
  • L’investissement du secteur privé pour la mobilisation des ressources : freins et modalités pour l’action

TRIBUNE : Le rôle de l’évaluation économique des services écosystémiques et de la biodiversité pour la mobilisation des ressources et l’implication du secteur privé

  • Point de vue de Pavan Sukhdev, Fondateur-PDG de GIST Advisory.

INVENTER : Réflexions sur les cadres à mettre en œuvre : le cas de la compensation écologique et de ses «garde-fous»