BIODIV’2050 n°4

EDITO : L’évolution des systèmes de production agricole, qui a permis les avancées que l’on sait pour nourrir l’humanité et qui doit beaucoup à l’amélioration des semences, a-t-elle entraîné une érosion de la biodiversité des plantes cultivées et par conséquent une fragilisation des agrosystèmes ?

La réponse à cette question ne fait pas consensus, ni parmi les scientifiques, ni parmi les professionnels de la filière, particulièrement en ce qui concerne la possibilité et l’utilité de la sélection in situ par les agriculteurs. Pourtant, compte tenu de la place occupée par l’agriculture dans les territoires (53 % en France), de l’importance vitale de la biodiversité dans les agrosystèmes, de l’évolution de la demande sociale adressée à l’agriculture et des implications économiques qui en découlent, il nous est apparu utile d’aborder ce sujet.

L’objectif de ce numéro 4 de Biodiv’2050 est de faire un état des lieux pluridisciplinaire de la biodiversité des plantes cultivées en France et de mettre en perspective les différents points de vue des parties prenantes. Pour cela, nous avons rencontré et interrogé un panel d’acteurs clés du secteur. Leur point de vue, sous forme d’encarts, ponctue l’ensemble de ce numéro tout en suivant la ligne directrice de la Mission Economie de la Biodiversité : rechercher et expérimenter des solutions innovantes pour concilier développement économique et préservation de la biodiversité. Cet état des lieux permet ainsi d’imaginer cette conciliation dans la production agricole.

L’émergence de nouveaux modèles agricoles, répondant à une demande sociétale (agroécologie, circuits courts, agriculture biologique) combinée à la préservation de la biodiversité, ouvre des perspectives de création de valeur dans les territoires, comme en témoignent des expériences réussies. Ces nouveaux modèles peuvent à la fois contribuer à la biodiversité et s’appuyer sur elle. Ils pourraient, également porter la cohabitation des deux approches de la conservation, in situ et ex situ, dans une démarche participative impliquant les agriculteurs et les industries de la semence.
C’est pourquoi nous sommes résolus à poursuivre cette réflexion, et pour cela, nous serions heureux de continuer à partager avec les acteurs concernés, en visant la mise en place ou le développement de dispositifs concrets.

Sommaire

TRIBUNE : Evolution et enjeux liés à la diversité génétique des plantes cultivées en France.

  • Rencontre avec Pierre-Henri Gouyon, Professeur au Muséum national d’Histoire naturelle, et Pierre Pagesse, Président du Gnis.

COMPRENDRE : La diversité génétique des plantes cultivées en France : état des lieux, enjeux et visions pour l’avenir.

  • Historique et évolution de la sélection variétale en France
  • Etat des lieux de la diversité génétique des plantes cultivées en France
  • Maintien de la diversité génétique des plantes cultivées : deux visions coexistent
  • La diversité génétique, un enjeu pour l’avenir

INVENTER : Concilier les approches pour enrichir la diversité génétique des plantes cultivées à l’échelle du territoire.

INTERNATIONAL : La communauté internationale face à l’enjeu des ressources génétiques : le cas particulier des plantes cultivées.

INITIATIVES :

  • « L’Aquitaine cultive la biodiversité » : le programme développé par AgroBio Périgord
  • Constituer une collection de gènes de référence pour la betterave à l’échelle du globe : le programme Aker
  • Créer des partenariats locaux entre les producteurs et la grande distribution : l’appellation « Les Alliances Locales » des centres E.Leclerc
  • Nestlé soutient la recherche et l’amélioration du café et du cacao : la station de recherche de Tours