Valorisation des ressources génétiques et connaissances traditionnelles associées

l'APA un levier de développement territorial?

EDITO- « L’APA peut-il entrer dans la panoplie des leviers économiques de financement de la biodiversité ? Parmi d’autres nombreuses avancées, le Protocole de Nagoya a fixé en 2010 le cadre permettant aux Etats détenteurs de ressources génétiques et de connaissances traditionnelles associées de participer aux bénéfices qu’en tirent les utilisateurs. Ceci se résume en un sigle : l’APA, pour « Accès et Partage des Avantages ». Le nouveau mécanisme issu de décennies de débats internationaux peut ouvrir de réelles opportunités pour le développement des territoires et la préservation de leur biodiversité, au bénéfice de leurs habitants. Pour la France, à la fois productrice et utilisatrice de ressources génétiques, caractérisée par la richesse de ses ressources naturelles, en particulier dans les DROM-COM, par la qualité de son administration et ses capacités financières, l’APA apparaît comme une opportunité. Mais si le principe est clair, l’application est loin d’être évidente. Les questions liées à la transposition du Protocole de Nagoya et à la fixation du cadre réglementaire peuvent être assez bien résolues. La question de la valorisation est plus compliquée. Elle exige en effet que les acteurs concernés mettent en place une stratégie d’offre de ressources génétiques répondant aux attentes d’un marché. Donc, une approche « business », incluant études de marché, recherche-développement, organisation de l’offre, investissements, communication…, sans laquelle les plus belles ressources génétiques ne trouveraient tout simplement pas de clients.On trouve ici à nouveau les questions posées par l’articulation entre les besoins financiers des politiques publiques (protéger la biodiversité, accroître les connaissances scientifiques, développer les territoires) et les financements dépendant d’un marché qui a son propre fonctionnement. Explorer cette articulation et tenter de proposer quelques solutions est l’objectif de ce 14ième numéro de la lettre de Biodiv’2050. Sans oublier, ainsi que le rappelle Michel Trommetter, que la mise en œuvre de l’APA doit s’inscrire dans une vision dynamique de préservation de la biodiversité et du fonctionnement des écosystèmes »

Laurent Piermont, Président de CDC Biodiversité

Sommaire

TRIBUNE – MICHEL TROMMETTER Economiste, Directeur de recherche à l’INRA

COMPRENDRE – Valoriser l’utilisation des ressources génétiques et des connaissances traditionnelles associées : enjeux, potentiel et opportunités dans les drom-com

  • Le cadre juridique de l’APA
  • L’APA : un levier de développement territorial
  • Comprendre le potentiel économique, bâtir une stratégie de valorisation
  • Quels enjeux pour les DROM-COM ?
  • Conclusions et perspective

INVENTER Comment identifier le potentiel économique et les opportunités de valorisation des ressources génétiques et des connaissances traditionnelles associées ?

INTERNATIONAL – Des stratégies de valorisation en émergence. Comment passer du cas par cas à une approche globale ?

  • Au Brésil, une simplification du cadre réglementaire
  • En Afrique du Sud, la biodiversité soutient une économie dynamique

INITIATIVES

  • Valoriser les plantes aromatiques et médicinales des Outre-mer
  • Connaître et valoriser la biodiversité végétale dans les pays francophones
  • L’APA pas à pas, guide de la FRB sur la mise en oeuvre du Protocole de Nagoya